5 raisons de réduire votre garde-robe au minimum

iran-sattar-Reduire-sa-garde-robe

Sattar, la popstar iranienne des années 70, a tout compris.

En ce moment, c’est les soldes. Dès le premier jour de cette période de frénésie shopping, j’ai profité de ma sortie ciné (mais oui, le dernier Tarantino !) pour faire un tour juste en face, au centre commercial. Et évidemment, sans considération pour mes économies précaires, sans considération pour ma situation de chômeuse, j’ai acheté. Juste deux pièces, mais deux pièces dont je n’avais pas besoin.

Il paraît qu’il ne faut pas culpabiliser car c’est normal : la foule dans les magasins alimente la sensation de compétition et par conséquent les achats inconsidérés ; les réductions convainquent qu’on fait des économies et alimentent par conséquent les achats inconsidérés (on croit avoir économisé 80€ alors qu’on a avant tout dépensé 110). Sauf qu’une fois sorti(e) du magasin, on culpabilise de ces achats inconsidérés. Ou alors la culpabilité vient plus tard, quand on se rend compte qu’on ne porte pas vraiment ce qu’on a acheté. Sauf si l’achat est vraiment réfléchi, qu’on en a besoin. Et je parle de VRAI besoin (et encore, enfin vous voyez de quoi je parle).

Victime de la société de consommation, j’ai décidé de limiter ma garde-robe. De me concentrer sur l’essentiel : ce qui me va partout, tout le temps. Ce dans quoi je me sens bien et pas seulement parce que c’est à la une des collections Spring/Summer 2016.

Pour tout avouer, je l’ai déjà prise plusieurs fois cette bonne résolution. J’ai trié mes vêtements, j’en ai jeté, j’en ai donné, j’ai acheté plus responsable… Puis j’ai fait un tour à Zara avec une copine et c’était reparti. Mais cette fois c’est la bonne, et pour m’en convaincre (et vous en convaincre aussi), voici 5 raisons de  réduire sa garde-robe à l’essentiel (et de s’y tenir).

placard2

L’anti Kim Kardashian attitude, en somme. © Brain Magazine

1 – Vous économisez

C’est le conseil le plus évident mais peut-être aussi le plus convaincant. Avoir moins, c’est vouloir moins. Et donc c’est économiser. « Less is more » en somme.

Attention néanmoins à ne pas confondre tri de sa garde-robe avec refonte pure et simple de sa garde-robe. Il ne s’agit pas de tout jeter pour acheter de nouveau, auquel cas vous n’économisez plus. Il s’agit plutôt de prendre ses pièces une à une et de répondre à chaque fois à la question suivante : « Est-ce que je porte ce vêtement tout le temps ? Quelques fois ? Jamais ? » . S’il faut donner les vêtements classifiés « Jamais » sans hésitation, plus de réflexion s’impose pour les « quelques fois ». Parmi ces derniers, le plus judicieux est de garder les vêtements les plus classiques, aux couleurs neutres, ceux qui vont avec tout. Ceux dont on ne se lassera pas au moindre changement de tendance. La chemise blanche bien coupée ne se donne pas. L’énième débardeur bariolé, si.

Une fois ce tri fait, réfléchissez bien avant chaque achat, et n’achetez que ce qui manque en vous en tenant à un petit nombre de pièces. Et tout ira mieux dans votre compte en banque.

2 – Vous définissez votre vrai style, celui qui est VOUS

En réalisant ce grand tri et en se limitant à ce qui selon soi est l’essentiel, on garde forcément ce qui nous va le mieux, les pièces dans lesquelles on se sent le plus soi car l’habit démontre sans aucun doute une part de vous. Ces règles valent aussi bien pour l’adepte du style business-man en smoking que pour la bohème au style hippie-chic bariolé : le tout est d’obtenir, en observant votre garde-robe ainsi épurée, un juste aperçu de vous-mêmes.

mode-hippie-chic-chemise-jeans-pantalon-taille-haute-veste-cuir-lunettes-soleil-2

Adeptes du style 70s, assumez ! Mais pas plus d’un jean taille-haute pattes d’eph ! © deavita.fr

Le tout est de ne pas voir dans chaque habit rencontré par la suite la quintessence de votre style. Rappelez-vous du point précédent.

3 – Vous ne culpabilisez plus

Qui n’a pas culpabilisé après un achat superflu ? Qui n’a pas acheté un vêtement pour ne jamais le porter ? Qui ose me contredire si je dis que c’est une situation imbécile ?

Quand on a mis en oeuvre et intégré les points précédents, on ne tombe plus dans le piège de l’achat inconsidéré et culpabilisant. On n’achète que si la pièce manque véritablement à sa garde-robe, ou pour remplacer un vêtement qu’on affectionnait mais qui est irréparable, ou bien si elle représente la quintessence de notre style (mais attention avec cet argument. Se référer au point précédent).

4 – Vous consommez plus « responsable »

On le constate dans tous les domaines : la tendance générale (dans nos contrées « occidentales » du moins) est à une consommation plus responsable. On essaie de contrôler l’origine des produits que l’on consomme, on achète des ampoules à basse consommation, on tente de privilégier le bio au pas bio quand les économies le permettent (mais on prend quand même l’avion pour partir en voyage) : autant d’actes qui démontrent une véritable prise de conscience citoyenne qu’il faut changer nos modes de vie pour résister un tant soit peu à l’intoxication générale.

AFP PHOTO/ Munir uz ZAMAN

© Munir UZ ZAMAN/AFP

Dans le cas de l’industrie de la mode, consommer moins est non seulement un acte écologique mais également social voire, j’ose utiliser ce qualificatif, humanitaire. Ces dernières années en effet, les documentaires mettant en lumière les conditions déplorables des travailleurs du textile dans les pays du Sud n’ont pas manqué. L’effondrement du Rana Plaza en avril 2013, qui a ôté la vie à plus de mille travailleurs du textile au Bangladesh, a joué le triste rôle d’éveilleur des consciences quant aux comportements des grandes marques de prêt-à-porter à l’étranger.

La solution n’est pas forcément de boycotter Mango pour se ruiner chez Hermès : même les marques de luxe ne dérogent pas à la règle ! Économie mondialisée oblige, la délocalisation s’impose pour tout le monde. En effet, si ces marques ne fabriquent pas forcément en Chine ou au Bangladesh, elles trouvent largement leur compte en Europe de l’Est, où la question des droits de l’Homme dans l’industrie textile peut bel et bien se poser.

Alors si comme beaucoup de monde vous n’avez pas les moyens de vous habiller 100% made in France, limiter vos achats vous permet en tout cas de vous contenter de l’essentiel et de freiner, un peu, les ventes de ces grands groupes.

5 – Vous gagnez en créativité

Avoir moins de vêtements nécessite de redoubler d’imagination et d’inventivité pour s’habiller différemment chaque jour. Ben ouais, on va pas négliger son style quand même ! Si vous vous contentez de l’essentiel, c’est-à-dire de « basiques intemporels » (mais oui, le tee shirt blanc bien coupé, le manteau élégant uni, le jean qui va bien), saupoudrés de quelques pièces plus originales (accessoires ou vestes ethniques pour les fanas des imprimés ; pull Dora l’Exploratrice pour les fans inconsolables, que sais-je encore), vous pourrez vous amuser à mixer ces pièces toutes aussi cool les unes que les autres pour en faire des tenues à chaque fois différentes. Dieu sait qu’une simple robe noire peut convenir aussi bien à une soirée branchée qu’à une journée de travail ou même à une sortie shopping avec les copains.

Mais attention à présent aux risques que représentent ces sorties shopping. Leur caractère diabolique est, tout comme votre garde-robe nouvellement épurée, intemporel.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partagez, c'est gratuit !

Manuela

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hum hum prouve-nous que tu es vraiment humain ? * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.